Atacama_blue3.JPG
Atacama_blue2.JPG
Atacama_blue1.JPG

ATA, 2020

30 x 24 cm x 2 / 33 x 22 x 2 cm / 32 x 20 x 2 cm

Atacama_pink2.JPG
Atacama_pink3.JPG
Atacama_pink1.JPG

ATA, 2020

23,5 x 29 x 2 cm / 31 x 22,5 x 2 cm / 32,5 x 23,5 x 2 cm

Atacama_brown4.JPG
Atacama4.JPG
Atacama_brown5.JPG
Atacama_brown2.JPG
Atacama_brown3.JPG
Atacama163.JPG
Atacama135.JPG

ATA, 2020

33 x 23 x 2 cm / 31,5 x 22 x 2 cm / 37 x 26 x 2 / 36,5 x 25 x 1,7 cm / 34 x 23 x 2 cm / 33 x 24 x 2 cm /

38 x 28 x 1,5 cm

ATA 

2020, résine, sable, gypse, mica, dessins graphite sur papier.

Crédit photo : Charlotte Heninger

En résidence durant un mois dans le désert d’Atacama au Nord du Chili, j’ai entamé une série de dessins, à la graphite sur papier. In situ, d’après nature durant de longues heures sous le soleil du désert, j’ai expérimenté un certain écoulement du temps entre les volcans millénaires et les chaînes de montagnes. Au delà des pierres et de leurs fragments - ces dernières éclatent sous la force du soleil - on trouve des os, des pierres semi-précieuses, des morceaux de céramique, des débris organiques. Le désert est un lieu de vie mais aussi de mort, sépulture des communautés locales et tombeau à ciel ouvert. Au gré de longues marches, on peut découvrir des sites mortuaires ouverts aux vents et à quiconque foule ce sol. Chaque élément pétrifié dans le sel et la sécheresse se transforme en minéral. Le bois devient pierre, l’os devient pierre. Le sable du désert contient surement un certain nombre d’histoires d’êtres humains, d’animaux et d’insectes, de pierres et de plantes.

Ces dessins sur papier sont amenés à disparaître à leur tour, dévorés par la résine. La toxicité de la résine va détruire la cellulose du papier et ne laisser apparente que la graphite du dessin.

La série est composée de 17 dessins, fossilisés dans la résine.